Fédération PCF du Var (83)

Fédération PCF du Var (83)
Accueil
 
 
 
 

Pour le retrait de la loi travail, l'heure est à la mobilisation !

LE RETRAIT DE LA LOI TRAVAIL DU GOUVERNEMENT :

LE 9 MARS MOBILISATION GENERALE

11 H 30 PLACE DE LA LIBERTE TOULON

Le gouvernement Valls/Hollande a encore frappé. Le projet de loi sur la négociation collective, le travail et l’emploi, contient des attaques sans précédent contre le droit du travail.

Le temps de travail, les salaires, les apprentis, les indemnités de licenciement, l’expertise des CHSCT, la représentation syndicale, tout y passe.

Après l'ANI en 2013, la loi Macron en 2015, c'est tout le système de protection des travailleurs contre l'arbitraire patronal, qui est dynamité par le projet de loi du gouvernement.

Toutes les mesures et réformes sont avant tout porteuses d’un message en direction des marchés financiers.

Le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour favoriser la rentabilisation des capitaux ;

En multipliant les démonstrations de cette veine, il espère avant tout éviter que la spéculation prenne la France pour cible et fasse remonter les taux d’intérêt, ce qui ferait plonger le déficit public et paralyserait l’investissement.

Il continue de soutenir qu’il faut faire confiance aux marchés pour que l’économie aille bien.

L’échec avéré des politiques d’austérité montre, particulièrement en France mais aussi dans toute l’Europe, que les choses ne se passent pas ainsi ;

Accepter la domination des marchés financiers rend illusoire toute réussite d’une politique sociale, qu’elle soit-libérale ou démocrate.

Une nouvelle étude vient nous prouver une fois encore que le problème est bien le coût du capital. Plus de 1150 milliards de dividendes ont été distribués aux actionnaires dans le monde... EN 2015

En Europe, c'est la France qui en verse le plus avec plus de 47 milliards d’euros.

364 milliards de dollars ont été versés en dividendes par les entreprises françaises ces 7 dernières années

Ces chiffres montrent que ce n’est pas la crise pour tout le monde et qu’il existe bien de l’argent pour financer les besoins humains et les solidarités.

Ils sont au cœur de l’affrontement des idées entre la libéralisation de toutes les sphères de la société pour une compétitivité internationale (il faut comprendre là une rentabilité accrue des capitaux) et la réponse aux besoins pour l’humain d’abord.

Et comme le montre l’étude, ce sont les secteurs financiers qui rapportent le plus, ce qui provoque une suraccumulation de capitaux qui plus est ne s’appuyant pas sur les richesses crées par le travail mais sur la bourse !

Les contradictions issues de cette situation sont inextricables et les réponses apportées par les tenants de la finance et les politiques à leurs services s’enfoncent dans l’austérité à tout crin,

ce qui préfigure d’une nouvelle crise financière qui pourrait avoir des conséquences encore plus dramatiques que celle de 2008.

Il y a des mesures à prendre pour combattre la domination des marchés financiers à la racine.

Le rôle de l’État ne peut plus être de venir au secours de la rentabilisation du capital privé, comme dans les « trente glorieuses ».

Il y a un besoin urgent de développer les services publics actuels et nouveaux, en n’hésitant pas à financer un tel investissement par la création monétaire de la Banque centrale européenne et des banques centrales nationales, et en favorisant la conquête, par les citoyens, de pouvoirs d’intervention sur la gestion de ces services public.

Il est indispensable de mobiliser les crédits bancaires  pour développer la création de richesses fondées sur la sécurisation de l’emploi et de la formation ;

Il est urgent de sortir les salariés du lien de subordination qui les lie aux employeurs ! Avoir des périodes de travail, d’activités sociales choisies, de formation avec un salaire universel serait enclencher un cercle vertueux permettant d’augmenter les salaires mais aussi les prélèvements fiscaux et sociaux, moyens du développement des services publics et d’une politique efficace de lutte contre la pauvreté et les inégalités.

Ces propositions vont évidemment à l’opposé de toute politique de privatisation, de libéralisation et demandent un véritable débat public que le pouvoir et les fervents de la pensée unique ultra libérale ne veulent avoir !

Oui, les solutions existent pour réduire le chômage.

Le PCF engage dès à présent une campagne publique pour les populariser en pointant la réalité de la gangrène que représente le coût du capital dans notre société.

Elles passent notamment par la réduction de la durée du travail, la hausse des salaires, les investissements dans le logement et les transports collectifs indispensables pour répondre au défi climatique, le développement des services publics et l'intervention des salariés dans la gestion des entreprises.

L'heure est à la mobilisation, IL Y A URGENCE ;

La reculade du gouvernement sur sa loi scélérate contre le code du travail n'est pas seulement une manœuvre !!

La pression monte de plus en plus 800 000 signatures, l'appel des organisations de jeunesse, la mobilisation syndicale qui se construit, les interventions politiques qui rejettent ce recul de société !!

Il faut poursuivre jusqu'à ce que le gouvernement retire ce projet de loi !!

Le 9 Mars les communistes du Var seront dans la mobilisation à 11 h 30 sur la place de la liberté à Toulon.

La Valette du Var, le 02 mars 2016

La fédération du PCF Var

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.