Fédération PCF du Var (83)

Fédération PCF du Var (83)
Accueil
 
 
 
 

Intervention du conseiller régional PCF Alain BOLLA à la région le 21/02/14

 

Intervention de M. Alain BOLLA

 

Rapport 13 : Soutien aux mutations – Transformation du dispositif Prêt Régional au Maintien de l’Emploi – Critères d’interventions.

 

 

Monsieur le Président, Chers Collègues

 

Notre groupe votera ce rapport empreint de solidarité.

 

Pour autant, il pose des questions de fond liées à la démocratie, à la pertinence et l’efficacité de nos dispositifs, et à la politique économique.

 

Tout d’abord, cette délibération laisse apparaitre un net recul de l’engagement de la Région puisqu’il est question de transformer le dispositif de prêt au maintien de l’emploi à hauteur de 300KF, en une subvention ramenée à 200KF.

 

Ensuite, se posent les questions de transparence et de démocratie pour l’attribution de la subvention, qui nécessiteraient que les organisations syndicales de salariés soient au cœur du processus de décision.

 

En complémentarité avec l’intervention de ma camarade Anne Mesliand, sur le fond, de plus en plus de dispositifs régionaux en matière d’emploi, accompagnent les conjonctures, les politiques économiques et les gestions d’entreprises, et cela dans l’urgence compte-tenu de l’évolution rapide des situations.

 

Il faut le faire bien sur! Mais en rester à ce stade ne permet pas d’entrevoir l’avenir.

 

Car les contradictions du système économique qui sont de plus en plus grandes, entrainent des difficultés de plus en plus lourdes à gérer, jusqu’à apparaître très vite comme impossibles.

 

En conséquence, les familles et les petites et moyennes entreprises sont chaque jour un peu plus en proies à de nouvelles difficultés.

 

C’est pourquoi, Il faut résolument s’attaquer aux causes des difficultés !

 

Les pressions du système bancaire et la financiarisation de l’économie, ne permettent pas une croissance réelle s’appuyant sur la consommation des ménages et le développement de l’emploi qualifié et bien rémunéré.

 

Les conséquences sont terribles !

 

Les chiffres de l’INSEE l’attestent ! Quelques exemples !

En Provence-Alpes Côte d’Azur, en 20 ans, près de 30 000 emplois industriels ont disparus ;

 

Le chômage continue sa vertigineuse progression et environ 16% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

 

Rien que ces chiffres devraient nous alarmer et nous conduire à réévaluer l’ensemble des dispositifs régionaux en direction de l’emploi pour les rendre lisibles et efficaces ; D’ailleurs cela fait partie des recommandations de la chambre régionale des comptes.

 

Nous le voyons bien, s’ils ne sont pas inintéressants, ces dispositifs ne suffisent pas à redonner une dynamique économique  pour inverser la tendance !

 

Ils ne le suffisent pas parce qu’ils traitent, dans leur grande majorité, l’accompagnement des difficultés et des politiques économiques décidées par les entreprises et les Chambres de Commerces et d’Industries.

 

Chacun peut apprécier sur une période de plusieurs décennies les sinistres engendrés par l’orientation d’une région tournée essentiellement vers le tourisme, le commerce et les services, abandonnant des pans entiers de notre industrie.

 

Notre institution qui fait de la lutte contre les inégalités et les exclusions l’épine dorsale de ses politiques publiques, se doit de se tourner résolument vers une démarche nouvelle au service de l’emploi et particulièrement de l’emploi industriel, en s’appuyant sur le développement des luttes sociales.

 

Avec tous nos dispositifs, il faut dépasser les frontières que notre assemblée s’est fixée pour nous orienter résolument dans l’initiative sur des projets industriels, comme par exemple celui de la déconstruction des navires en fin de vie sur lequel nous devrions être beaucoup plus engagés !

 

Engagement dans la recherche, le développement, la formation, l’innovation mais aussi dans la production, maillon indissociable d’un développement économique.

 

De même qu’au regard de ses compétences et de son statut particulier de partenaire, la Région se doit aussi d’être plus offensive sur les résultats attendus des différents dispositifs, en matière de développement d’activités, d’emploi et de droit des salariés.

 

Au cœur d’un nouvel et indispensable élan volontariste des politiques économiques et sociales, la prise de contrôle publique d’une entreprise ou d’un groupement d’entreprises et la participation de la Région dans des conseils d’administration sont des enjeux importants.

 

Il ne s’agirait pas de se substituer aux responsabilités des entreprises, mais d’insuffler une dynamique nouvelle de gestion au service de l’emploi.

 

Les responsabilités politiques sont grandes quand il s’agit de faire prévaloir l’intérêt général !

 

Il s’agit de les assumer avec courage !

 

Nous pensons que l’action politique est efficace si elle se tourne résolument vers la réponse aux besoins des populations et des territoires, non vers celle des exigences de rentabilité des entreprises et particulièrement des grands groupes.

 

Faut-il rappeler que les dividendes versés aux actionnaires en 2013 ont progressés de 18% ! Dans le même temps ou le régime d’austérité frappe les salaires, la protection sociale, les politiques publiques.

 

L’argent existe dans notre pays, il coule même à flot pour une minorité, Aussi, avec une véritable réforme fiscale pour les particuliers comme pour les entreprises et la création d’un pôle public financier, des investissements massifs pourraient se réaliser pour permettre une nouvelle dynamique de développement d’activités et d’emplois.

 

Cela pourrait se faire avec la volonté de répartir différemment la richesse créée et de rendre l’argent utile par une sélectivité du crédit qui favoriserait les services publics, l’emploi et la formation.

 

Au lieu de cela, malheureusement le Président de la République fait le choix de multiplier les initiatives pour donner de nouveaux gages aux investisseurs qui n’ont d’autre boussole que la rentabilité à deux chiffres.

 

Les politiques d’austérités qui frappent les familles et les collectivités territoriales, nous placent dans des situations de plus en plus compliqués et pour ce qui nous concerne, nous les combattons et nous affirmons qu’une alternative à gauche est possible !

 

 

En conséquence de tout cela, et en cohérence avec les différents votes que nous avions fait lors des précédentes Assemblées plénières,

 

notre groupe votera POUR le rapport 13

 

notre groupe S’ABSTIENDRA sur le rapport 14,

notre groupe CONTRE le rapport 15,

notre groupe S’ABSTIENDRA sur le rapport 16

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.